Test du Nikon D610

??????????

N’ayant jamais connu que Canon, j’ai fait le choix d’acquérir un appareil Nikon afin d’enfin voir les différences entre ces deux marques.

Je voulais acheter le D600 car il s’agissait un capteur plein format pour environ 1500€ ce qui restait abordable comparé à la concurrence, mais j’ai du attendre la sortie du D610, le D600 ayant essuyé quelque déboire dès sa sortie, quelques appareils ayant subit des projections d’huile sur le capteur ce qui eu pour conséquence de faire chuter les ventes.

Alors le D610 allait-il subir le même sort. Je pris le risque de faire confiance à Nikon pour avoir réparé ce problème.

Voici mes conclusions après 5 mois d’utilisation.

  • Présentation du boitier Nikon D610

Quelques caractéristiques techniques d’abord

  • Type : Reflex
  • Capteur : FX (plein format c’est à dire 24 x 36)
  • Pixels : 24 millions
  • Nombre de logements cartes mémoires : 2 de type SD
  • Vitesse d’obturation : de 30s à 1/4000 par incrément de 1/3 ou 1/2 (mode Bulb disponible)
  • Mode rafale : 6 images / seconde maximum
  • Plage iso : de 50 à 25600
  • Flash intégré : oui
  • Stabilisé : non. La stabilisation se fait avec l’objectif.
  • Poids : environ 850g avec la batterie
  • Connectique : HDMI, USB, Entrée audio, sortie audio, télécommande filaire

Je vous renvoie vers le site de Nikon pour avoir une liste exhaustive des caractéristiques => ici

Ou alors vous pouvez télécharger la fiche descriptive => ici

Le boitier en images (cliquez pour agrandir) :

 

Joli boitier, bien fini et robuste. Il y a pas mal de boutons partout pour un accès rapide aux fonctions principales.

On a ainsi rapidement accès aux :

  • menu
  • picture control
  • Balance des blancs
  • Iso
  • Qualité d’image
  • Lecture des photos + corbeille
  • Correction d’exposition
  • Style de mesure de la lumière
  • Passage FX/DX
  • Braketing
  • Mode AF
  • Live view
  • Mémorisation d’exposition

Légèrement moins intuitif que Canon à mon goût mais efficace lorsqu’on est habitué.

On trouve en haut à gauche un double barillet qui permet de changer de mode de prise de vue (A, S, M, P,…) et le mode d’acquisition (rafale, silencieux, minuteur,…).

On peut également mémoriser 2 préréglages, pratique lorsqu’on veut rapidement changer ou retrouver un réglage que l’on utilise souvent.

La poignée est un peu petite et le poids avec le Nikkor 28-300 fini par peser lourd : 1,735 Kg.

si vous rajoutez le flash SB 910 le poids atteint 2,270 Kg !

J’utilise depuis peu le harnais Cotton Carrier CC-124 PRO  lorsque je pars pour un long shooting. Cela permet à mes bras et mon cou de se reposer.

On trouve au-dessus du boitier une griffe pour un flash externe, et contrairement au boitier plus PRO, le D610 est doté d’un flash d’appoint très pratique.

L’écran de contrôle en haut à droite délivre les informations basique (vitesse, ouverture, balance des blancs,…) , je regrette néanmoins que les iso n’y soit pas affichées.

J’utilise d’avantage l’écran de contrôle principale situé sur le dos de l’appareil. Il délivre une information très…très complète (trop à mon goût), avec une présentation un peu confuse, mais cela est propre à Nikon et n’a rien à voir avec le D610. Le Canon 5D Mark III est beaucoup moins riche et est bien mieux compartimenté.

 

Les menus sont tel que je les avais imaginés, c’est à dire très très complet et à rallonge. Nikon aime bien j’ai l’impression faire plus que Canon, ce qui est fort apréciable, mais cela a un prix. Si vous n’êtes pas un habitué des menus de ce genre de boitier, vous allez vite attraper une indigestion (avec Canon aussi d’ailleurs !). Si vous êtes un habitué des appareils Nikon, vous y serez très vite à l’aise. Pour moi qui vient de chez Canon, il m’a suffit d’un peu d’entrainement, mais rien d’insurmontable. C’est d’ailleurs regrettable que Canon, en tant que leader, fasse l’impasse sur certaines fonctionnalités comme l’intervalomètre, la surimpression de plusieurs photos (double exposition très utilisé par Man Ray), ou encore l’horizon artificiel, ce que propose le Nikon D610.

Un point fort apréciable également est la possibilité d’afficher sur l’écran une aide sur les menus en appuyant sur un bouton « ? », ce qui évite d’aller cherche son manuel qu’on n’a pas toujours avec soi.

Les 2 lecteurs de cartes SD sont paramétrables, soit pour sauvegarder les photos au fur et à mesure, soit pour stocker les photos lorsque la 1ère carte est pleine.

La connectique est complète : USB 2, HDMI non compressée, micro, écouteur, télécommande

Le Viseur est agréable (je porte des lunettes), il montre 100% de la scène photographiée et inique les informations de base comme, la vitesse, l’ouverture, le mode de mesure, la sensibilité iso, la sur ou sous-exposition, le collimateur utilisé, …

La visé par l’écran s’active facilement grâce au bouton « Lv ». Il affiche par défaut le mode de mesure de la lumière, la vitesse, l’ouverture, les iso, le nombre de photos possible. En appuyant sur le bouton « info » plusieurs fois, ont fait défiler des affichages différents : grille, horizon artificiel.
L’autofocus reste néanmoins assez lent et les 39 collimateurs sont un peu serrés du fait qu’il s’agit d’un module AF pour APS-C.

ISO

Mettre ici des exemples en photos

Vidéo

La vidéo, bien qu’en Full HD n’est pas paramétrable. L’appareil choisi la vitesse, l’ouverture et les isos sauf en mode M ou l’on ne peut gérer que la vitesse et les isos (pourquoi par l’ouverture !!). On peut tout de même gérer la balance des blancs. L’autofocus est peut performant. C’est donc fait pour de la vidéo d’appoint.

En Full HD : nombre d’image par seconde  max = 30, et 60 en HD

Une entré audio permet de brancher un micro (j’utilise le Rode Videomic) et une sortie audio permet de contrôler le son.

On peut filmer au format FX  ou DX mais il faudra quitter le mode live view pour pouvoir le faire, donc couper sa vidéo. A noter que filmer en mode DX dégrade la qualité de la vidéo.

Flash

Le flash d’appoint est plus que convenable et permet de déclencher des flashs dépotés de type SB600, SB900, SB910.

Mettre une ou deux photos

Batterie

La batterie est de type EN-EL15 (Li-Ion), la même que sur le D700 et D800. Je trouve qu’elle dure plutôt longtemps. Je précise que j’utilise des batteries originales et non des copies chinoises. Il existe néanmoins des copies 100% compatibles qui seraient de bonne qualité (je vous laisse seul juge !) 

Logiciel livré

Là ou Canon fait du bon boulot, je trouve Nikon fait preuve de radinerie. Je n’ai eu que le logiciel ViewNX2 livré en standard. Certe je peux développer mes raw, modifier le contrast, etc.. mais je travail souvent en studio avec l’ordinateur directement connecté au boitier. Et bien chez Nikon il faudra acquérir le logiciel payant « Capture » pour pouvoir le faire alors que Canon livre ne standard un logiciel gérant très bien cette fonctionnalité.

DXO mark

Ce site réalise des benchmark d’appareil photo. voici celui réalisé pour le Nikon D610 (en anglais)

Conclusion

Je trouce cet appareil assez agréable à utiliser et Nikon, quoi que pas parfait, à la mérite d’offrir plus de fonctionnalité que son gros concurrent Canon qui a tendance à se reposer sur ses lauriers. J’avais hésité à acquérir le D800, mais j’ai vite renoncé surtout à cause du poids des fichiers du aux 36 Mpx du capteur (le D800 est aussi beaucoup plus cher).

Le Nikon D610 est fait pour les amateurs avertis et pour les professionnels.

J’ai aimé :

  • richesse des menus
  • L’aide sur les menus directement accessible sur le boitier
  • bruit du déclencheur
  • longévité de la batterie
  • 2 lecteurs de cartes SD
  • rafale 6i/s
  • finition, qualité du boitier
  • Bonne gestion des isos élevés
  • Flash d’appoint intégré
  • Compatibilité des optiques FX et DX
  • Viseur couvrant 100% de la scène phtographié
  • Mode silencieux du déclenchement
  • Mode de gestion des iso auto
  • Entrée et sortie audio
  • Intervalomètre
  • Horizon artificiel
  • Vidéo full HD

 

Je n’ai pas aimé :

  • écran non orientable
  • l’écran de contrôle au dos de l’appareil qui s’étteind au bout de quelques secondes (paramétrable mais ne peut rester allumé non-stop)
  • le sens de vissage des objectifs (je suis habitué à Canon qui visse dans l’autre sens)
  • les menus trop longs
  • le manuel trop dense et confus
  • le mode silencieux pas très silencieux (le 5D Mark III l’est beaucoup plus)
  • Le logiciel livré en standard pauvre en fonctionnalités
  • Vitesse d’obturation limité à 1/4000
  • Zone AF trop étroite
  • Autofocus en mode liveview trop lent et bruyant

 Acheter le Nikon D610

Un futur article parlera de l’objectif Nikkor 28-300 utilisé avec cet appareil

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.